Le syndrome de la recherche d’emploi en 3 étapes

chomage

Ayant quitté ma Dijon d’amour pour m’installer de nouveau dans le Nord de la France, là où mon conjoint a eu une opportunité de carrière et où ma famille pouvait nous aider avec l’arrivée d’un bébé, j’ai démissionné de mon précédent emploi.

Je m’étais dit que dans l’administratif, il serait plutôt aisé de retrouver quelque chose. J’étais sûre de moi et pleine d’optimisme ! Je me voyais déjà reprendre la gestion administrative d’une PME, travaillant en autonomie et en confiance !

Bon, résultat, depuis le 3 juillet la route fut fastidieuse… Après de longs mois, j’ai enfin trouvé un CDD. Mais le plus important, c’est qu’au final j’ai vécu la recherche d’emploi, et elle est comparable à une descente aux enfers

Au commencement, tout allait bien

Au début, tu n’es pas super pressée. Tu as hâte de retrouver une vie active à l’extérieur de la maison, hâte d’avoir de nouveaux collègues aussi, mais en même temps, tu veux profiter de la vie (moi, j’étais un peu triste de devoir laisser mon bébé à la maison…) Bref, tu commences la recherche tranquillement, en t’inscrivant à Pôle Emploi et en répondant aux annonces, plus motivée que jamais !

Entre temps, tu t’occupes en voyant quelques amis, en profitant de ta famille, en te replongeant dans d’autres passions (écrire pour le webzine et recommencer le dessin dans mon cas). Bref des journées étaient bien remplies.

La lente descente aux enfers

Il arrive un stade, où on a trop de temps libre. « Pourquoi me presser à rédiger mon article ? Je peux le faire demain. La lessive ? Oh, je suis large. Allumer la PS3 ? Plus tard, après avoir épuisé toutes mes vies à Candy Crush. »
Bref, tu as trop de temps libre, donc tu ne fais plus rien de tes journées.

Arrive alors un effet boule de neige :

La petite voix qui te harcèle

La conseillère qui te rappelle que tu n’as pas encore trouvé d’emploi alors que ton CV et ta Lettre de motivation sont bons, en théorie.

Ton entourage qui te harcèle

L’entourage qui te demande sans cesse « Alors, la recherche d’emploi ? Ça en est où ? Car tu ne peux pas vivre sur le salaire de ton chéri pendant une éternité, hein ! » Variante : « tu ne vas pas nous faire un remake de Tanguy. Il faut bien que tu prennes ton indépendance ! »


L’entourage, qui juge

« Quoi ? Tu es fatiguée ? Mais de quoi tu te plains, tu es chez toi toute la journée ! » et pour les nouvelles mères comme moi « Ça va, tu es JUSTE maman, ce n’est pas la mer à boire ! »

La perte totale de confiance en toi

La perte d’estime de soi, c’est vicieux. Tu n’oses tout d’abord pas te l’avouer, et ensuite on tu n’oses pas l’avouer aux autres. Pour ma part, c’est ce qui avait fini par complètement me bloquer dans ma recherche d’emploi. Je postulais au compte goutte et je laissais tomber plein d’annonce car j’étais persuadée que je n’y arriverai jamais !

Savoir se relever

Pour sortir de cet état, je pense que la première étape est d’en parler. Tes meilleurs amis te rappelleront qu’ils ne trainent pas avec des losers, et que si ils sont amis avec toi c’est que tu n’en es pas une, que tu peux le faire. Ta maman te dira peut-être qu’elle te comprend et qu’elle te soutient et elle sera toujours là pour toi. Ton conjoint, te dira lui aussi des paroles motivantes et réconfortantes (sinon, enferme-le dans la cave, il l’aura mérité.)

Ensuite, il est bien de « s’inventer » des tâches, les noter et les planifier. Oui, tenir un planning avec des choses et autres à faire selon soit : postuler, sortir, donner et prendre des nouvelles, aider dans les tâches ménagères, rédiger des articles, lire un livre. Un rien peut aider. En bref, se créer une routine.

vous allez devoir travailler

Et enfin, ne pas perdre espoir ! Tout vient à point si on s’en donne les moyens (et qu’on a un bon karma). La preuve, après de longs mois, j’ai eu la chance d’avoir enfin été rappelée pour un entretien. Je m’étais dit que j’y allais à fond et si je n’étais pas choisie, je me réorienterais totalement ou prendrait le premier travail où on m’accepterait. J’ai eu la chance d’avoir été retenue pour un CDD de deux mois, qui me redonne espoir et confiance en moi. C’est important de se prouver à soi-même qu’on peut le faire.

Et toi, comment as-tu vécu ta recherche d’emploi ? Que conseillerais-tu pour ne pas abandonner ? 

A propos de Intox

Intox, jeune maman de 24 ans, j'aime la vie, les gens, la cuisine (oui enfin, je ne pourrais jamais faire top-chef non plus, moi c'est la bonne grosse cuisine familiale), les mangas, le DIY, la Ben & Jerry's et perdre mon âme sur internet. Plus tard, je veux parcourir le monde à dos de licorne, car les licornes c'est quand même trop la classe.

6 commentaires sur “Le syndrome de la recherche d’emploi en 3 étapes

  1. amande et coton

    C’est exactement la situation que je vis actuellement. J’espère vraiment trouver rapidement parce que le moral est au plus bas

    Répondre

    1. Intox

      Je suis de tout coeur avec toi !

      Répondre

  2. Laura

    Cet article est tellement vrai ! Je me suis toujours dit que dans ma vie, il y a deux processus obligatoires par lesquels je ne voudrais jamais repasser une fois surmontés : le baccalauréat (trop de stress inutile) et la recherche du premier « vrai » emploi !

    Répondre

    1. Windy

      Oh punaise ! Je pense pareil pour le bac !

      Répondre

  3. Windy

    Je ne suis pas encore sortie de la recherche d’emploi mais bon, je ne suis pas encore totalement désespérée (ou je ne me l’avoue pas, on n’est jamais sûr de rien avec moi)

    Répondre

    1. Intox

      Je suis persuadée que tu vas trouver quelque chose qui te correspond a fond o/

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *