[TÉMOIGNAGE] Comment anéantir la dépression

Au moment où je rédige mon article, cela fait deux jours qu’il aurait du être prêt, mais impossible de trouver la motivation de le commencer. Quel sujet ? Pourquoi faire ? Qui va le lire ? Et puis je me suis rendue compte que ce dont j’avais envie de parler, c’est ce qui me ronge en ce moment même : la dépression.

Depuis des années (trop pour que je puisse les compter), j’ai un mal invisible que beaucoup de personnes prennent à la légère, c’est la dépression. J’ai moi-même beaucoup bataillé pour ne pas être soignée, parce que j’avais peur d’être catégorisée. J’ai mis de côté mes émotions, pour que personne ne puisse rien voir. Laisse-moi te dire, c’est vraiment une tactique pourrie !
À force de tout emmagasiner, un jour j’ai fait une vraie crise de nerfs. Toutes les larmes que j’avais refoulées sont sorties en une seule fois. Ça faisait vraiment beaucoup, et ça a duré plusieurs jours. J’ai eu la chance d’être bien entourée à ce moment là, on m’a conseillée d’aller voir un médecin généraliste, puisque j’avais peur du psy. Il m’a prescrit des anti-dépresseurs. Jour glorieux. Mais attention, le chemin ne s’arrête pas là : après la période d’adaptation (on t’envoie quand même des produits dans le cerveau), il faut trouver le bon médicament, avec le bon dosage ! Et même là, il faut faire des efforts au quotidien pour rester positif…

Ce qui me fait replonger en ce moment, c’est que j’essaie de réduire ma dose d’anti-dépresseurs. Mais je vais me battre ! Je te livre donc mes petites astuces pour rester du côté lumineux de la Force, et j’espère vraiment que ça pourra t’aider !

Vaincre la dépression

Repérer les signes avant-coureurs

Quand je me pose trop de fois la question « pourquoi faire ? » et qu’aucune activité ne m’attire, il y a une alarme dans ma tête qui fait « Ding ding ding, dépression en approche ! » Plus tôt je le vois, plus efficacement je peux éviter la crise de larmes. Il s’agit alors de s’activer, ou de trouver n’importe quoi à faire de relaxant ! Mais se relaxer, « pourquoi faire » ? Bah, pour aller mieux.

Accepter de l’aide

Admettre sa dépression, c’est déjà une énorme étape de franchie. Accepter de voir un médecin ou un psy, c’en est encore une, et pas des moindres : c’est le premier pas vers la liberté. Même si ça vous semble stupide, et « il y a des gens bien pire que mon cas », « je n’en vaux pas la peine ça va aller », je vous assure, c’est la bonne chose à faire ! Accepter qu’on a besoin d’aide, c’est une énorme remise en question. Mais c’est le remède miracle, pour reprendre la vie du bon côté.

Communiquer

Quand je suis dans un mauvais jour, j’essaie de le dire aux proches avec qui je passe la journée. Ce n’est pas pour quémander de la pitié. Je leur dit simplement que ce n’est pas le moment de m’embêter, même pour s’amuser. Ça peut éviter de me faire pousser à bout, parce qu’une fois la ligne franchie, c’est très difficile de redevenir positive !

Extérioriser

Parfois, même avec tous les efforts du monde pour les oublier, les problèmes sont toujours là. Il faut aussi connaitre ses limites, et savoir combien on peut encaisser. Quand je me sens au pied d’une montagne de problèmes, je demande un câlin à mon amoureux, parfois je pleure, et on discute. En quelques minutes, les problèmes qui semblaient insurmontables sont devenus minuscules. Bien sûr, le mieux, c’est d’aller régulièrement chez un psy, mais bon…

Combattre la dépression

S’autoriser à être heureuse

C’est pourtant logique, mais je me suis aperçue que je me restreignais sur beaucoup de choses. Ça me semblait égoïste de me permettre certains plaisirs, parce que je n’en avais pas un réel besoin. Et puis j’ai regardé cette vidéo de Maeril, dans laquelle elle parle de s’accorder au moins un petit plaisir par jour. Faire un détour pour regarder le paysage, choisir un nouveau vernis, manger un dessert au chocolat, prendre un bain moussant, passer la journée en pyjama… N’importe quoi tant que c’est raisonnable ! Par exemple s’acheter des Louboutins, c’est too much.

Croire en son potentiel

Oui, je suis capable de faire des choses supers, et de les faire mieux que d’autres ! Suite à plusieurs évènements j’ai perdu confiance en moi et en mes capacités, si bien que je ne m’adonnais plus à aucune de mes passions. J’ai toujours été manuelle, et j’aime créer des choses variées. Cependant durant  presque deux ans, je n’ai plus rien bricolé. Et puis d’un coup, je m’y suis remise, et ça a été un sentiment magique ! J’étais fière de ce que j’avais fait, j’avais envie de le montrer, et j’ai été sur un petit nuage pendant quelques jours. Même si c’est dur de garder une bonne estime de soi lorsqu’on est dépressif, je te l’assure : on le mérite.

Bien s’entourer (de chats)

Après ma plus grosse crise, j’ai changé d’école, et je suis allée m’installer avec mon copain. J’ai eu de nouvelles amies, dont certaines étaient/avaient été dépressives. Ils m’ont tous aidée à reprendre la vie du bon côté. Il y a autre chose qui m’a beaucoup aidée, ce sont les animaux. Au moment le plus chargé, nous avions à la maison deux chats, un furet, et trois serpents. Les animaux ne suivent pas les mêmes schémas sociaux que nous, et ils s’en fichent pas mal si on est dépressif ! C’est très rafraichissant. Et avec toute cette ménagerie, il y en a toujours au moins un qui fait quelque chose de stupide et très très drôle. Même aujourd’hui dans un nouveau logement et avec juste un seul chat, j’apprécie à quel point avoir un animal m’aide à surmonter la dépression. Un petit câlin poilu et hop, ça repart !

Aimer la vie

Je n’ai plus d’autres conseils à te donner à part ceci : vis tout à 100%. Et c’est la partie la plus dure. Il faut savoir se laisser aller. On te propose un projet ? Ne te demande pas si tu seras à la hauteur, accepte-le. Il y a une expo intéressante mais personne pour t’y accompagner ? Vas-y quand même, avec de la musique dans les oreilles ça sera super. Il fait beau ? Va te promener. Il y a du chocolat au supermarché ? Va tout acheter. C’est dur de croire en soi et de savoir s’aventurer en dehors de sa bulle, mais crois-moi : c’est qui donne de la saveur à la vie !

A propos de Jolly

Au premier abord j'ai l'air gentille, mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Spécialiste de la partie louche d'internet, plus c'est bizarre, plus j'aime ! Mes loisirs incluent le scrapbooking, la broderie, les bricolages en tous genres... Et embêter le chat <3 !

3 commentaires sur “[TÉMOIGNAGE] Comment anéantir la dépression

  1. Gary
    Gary

    Un bel article d’utilité publique! Et poignant quand tu parles de ta propre expérience.

    Répondre

    1. Jolly

      Merci Gary 🙂 Ça m’a fait du bien d’extérioriser, j’espère que ça sera utile à d’autres !

      Répondre

  2. Intox

    Merci pour ce témoignage, très poignant comme le dit Gary 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *