Brooklyn : le cœur au milieu de l’Atlantique

film brooklyn

Deux continents. Deux pays. Deux cultures. Deux hommes Un océan qui les sépare. Et, au milieu de tout cela, une femme. Brooklyn, c’est l’histoire d’une jeune femme irlandaise, Eilis, qui quitte son Irlande natale dans les années 50 pour rejoindre New-York. Loin des siens, elle tente de se faire une place dans la ville où tout semble possible. Entre fresque historique, comédie romantique et drame, Brooklyn réalise un subtil mélange des genres qui ne te laissera, à coup sûr, pas indifférente.

De quoi ça parle « Brooklyn » ?

Dans les années 1950, Eilis, une jeune femme irlandaise, rêve de traverser l’océan Atlantique pour rejoindre les Etats-Unis. Poussée par sa sœur Rose, et avec l’aide du père Flood, la jeune femme parvient à trouver un travail dans un grand magasin new-yorkais. Mais les premiers temps sont difficiles : le mal du pays se fait vite ressentir et la jeune Eilis peine à se faire une place dans ce monde si différent de son Irlande natale. Le déracinement, le dépaysement et la perte de repères familiaux l’empêchent de vivre la vie dont elle avait si souvent rêvé. C’est l’amour qui lui permettra de se sentir enfin chez elle à Brooklyn. En effet, lorsqu’elle rencontre Tony, un migrant italien ambitieux et travailleur, né à New-York, Eilis prend goût à sa nouvelle vie. Mais un drame familial la force à rejoindre sa terre natale. De retour sans sa petite ville d’Irlande, la jeune femme se rapproche de Jim, un irlandais lui aussi, tout en essayant de ne pas succomber à ses avances et au confort qu’il pourrait lui apporter. Partagée entre ses racines et son rêve de « plus grand », entre son passé et son avenir, Eilis perd peu à peu son identité au milieu de l’océan Atlantique.

A la poursuite du rêve américain

Le film se construit sur un décor historique. Dans les années 50, les Etats-Unis sont considérés comme un véritable el dorado. Nombreux sont les migrants à rejoindre le pays dans l’espoir d’y prospérer. C’est la pleine époque du rêve américain. Le film retranscrit d’ailleurs très bien ces arrivées massives d’immigrants. Ellis Island était alors le passage obligé des individus désireux de s’installer sur le sol new-yorkais. Entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle, 15 millions d’immigrants y sont passés. Avant d’espérer pouvoir fouler le sol américain, ceux-ci étaient soumis à des test physiques et mentaux.

Brooklyn démystifie le rêve américain et fait se heurter de plein fouet le rêve et la réalité. En effet, l’arrivée des immigrants et leur installation étaient loin d’être faciles. Ainsi, Eilis doit vite faire face à la perte de ses repères mais aussi à son image d’immigrée, dont elle peine à se défaire. La conquête d’un monde meilleur est un parcours semé d’embûches et de désillusions.

film brooklyn

Le parcours d’une femme

Brooklyn, ce n’est pas seulement le parcours d’une migrante, c’est aussi celui d’une femme. Le spectateur assiste peu à peu à la métamorphose d’Eilis. De jeune femme fragile et peu sûre d’elle, elle passe progressivement au statut de femme forte, ambitieuse et déterminée.

Tout au long du film, on assiste au déchirement intérieur d’Eilis : comment choisir entre ses racines et son désir de réaliser ses rêves ? Rester, c’est accepter de renoncer à ses rêves, mais c’est assurer son confort dans un environnement qui rassure. Partir, c’est se jeter corps et âme dans l’inconnu, mais avec, au bout, l’espoir d’une vie meilleure. Partir, c’est également s’émanciper, ce qui revêt ici une forte symbolique, puisque les années 50 correspondent à l’époque où la voix des femmes se fait de plus en plus entendre.

Ce tiraillement est matérialisé ici par les deux hommes : Tony et Jim. L’un, Jim, représente la sécurité, le confort de la terre natale. L’autre, Tony, symbolise l’inconnu, le « plus grand ». L’un est le passé, l’autre l’avenir. En choisissant entre les deux hommes, la jeune femme pourra répondre à la question qui reste en suspend tout au long du film : « où suis-je chez moi ? ».

As-tu vu Brooklyn ? Qu’en as-tu pensé ?

Gary

A propos de Gary

Étudiant en journalisme et cow-boy de l'espace à mes heures perdues, je suis passionné d'écriture depuis que j'ai l'âge de tenir un stylo. Féministe convaincu, je verse beaucoup dans les questions de genres et d’égalité des sexes. J'espère que mes articles vous feront réfléchir ou vous fileront la patate. C'est pour ça que j'écris. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *