Je t’ai perdu…

Toi aussi. Tu es parti trop tôt. J’ai pris très tard conscience que la mort pouvait frapper brutalement. J’ai été longtemps naïve : l’amour ne rend pas les gens éternels. Malheureusement. J’aurai toujours le sourire en pensant à toi, parce que c’est ce que tu m’as transmis en tant que parrain : la joie de vivre.

J’ai su très tôt que j’allais devoir me battre plus que les autres pour atteindre mes objectifs, pour sortir de la misère et réussir à faire quelque chose de ma vie. Tu m’as transmis aussi cette capacité à rester forte même dans l’adversité, même dans le doute et même dans la solitude. Je sais que tu n’as pas eu une vie facile mais je sais aussi que tu as toujours assumé tes choix avec conviction et détermination. Tu m’as appris la persévérance, la sagesse sans oublier la reconnaissance envers ceux qui m’accompagnent chaque jour. Tu m’as toujours poussé à aller plus loin : et j’y suis arrivée. J’ai réussi avec modestie à atteindre un équilibre qui me convient.

Il est rare de rencontrer des gens aussi vrai que toi, aussi fougueux et j’aimerai toujours ta franchise, ta sincérité et la profondeur de tes mots. J’admirerai toujours aussi ta beauté et ton naturel qui faisait tomber toutes les filles !

Il y a 28 ans, maman t’a choisi parce qu’elle estimait que tu serais à la hauteur de ce rôle de parrain. Elle avait raison, car de mon enfance avec toi, je n’ai que de bons souvenirs. Tu as su me recadrer pendant l’adolescence et me soutenir dans ma vie de femme. Ce rôle, tu l’as relevé avec sérieux et dans la bonne humeur. Oui, elle a bien choisi. Tu étais une personne si chère à mon cœur et si précieuse dans mon enfance. Tu ne m’as jamais jugée, au grand jamais et tu as partagé ma peine lorsque mamie est partie. Cela a été notre plus grande perte à tous dont on ne se remettra jamais vraiment. Depuis son départ, nous essayons tant bien que mal de mener notre barque avec parfois des rafales et souvent de belles éclaircies.

Maintenant, je suis seule face à ta disparition. Et je vais devoir surmonter cela comme tu m’as appris. Tu peux partir sereinement sache que je t’aime même au-delà de la mort car je crois que ce genre d’amour dépasse forcément la vie elle-même.

Oui, j’ai toujours ce petit sourire parrain en pensant toi. Quelqu’un m’a dit un jour que les gens ne meurent vraiment que lorsqu’on les oublie : je ne t’oublierai jamais parrain.

Dada ta filleule.

A propos de Sandra

Bientôt trentenaire mais toujours fan de maquillage, coiffure, thriller psychologique et de pâtisserie ! J'écris souvent sur le thème des relations, de l'amour ou de la famille pour partager mes expériences et surtout rassurer les lectrices : OUI on peut finir par trouver le bonheur :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *